01 30 36 57 04 / 07 82 24 51 96 contact@compagniegfarts.com

Combien coûte une production audiovisuelle ?

Le coût
d’une production audiovisuelle

s’adapte au rapport besoin(s) /budget

Tournage en smartphone, caméscope, caméra broadcast ? Montage simple ou post-production complexe ? Équipe réduite ou équipe complète ?
Chaque projet est unique et nécessite d’être étudié.
De la préparation à la livraison, les bons choix de mise en œuvre dépendent d’une étude précise de la demande.
Elle permet de déterminer les meilleurs postes techniques et artistiques afin de proposer un devis adapté.

Le coût
d’une production audiovisuelle

dépend des choix de production

Techniciens-créatifs, techniciens, matériels, étapes de post-production, formats de diffusion…
Les propositions sont adaptées en fonction des choix de production. L’objectif en fin d’étude, est de trouver la solution qui correspond au(x) besoin(s) et à un budget. Il y a 3 étapes communes à chaque production d’une vidéo. La pré-production, la production, la livraison.
Les postes qui les composent sont mis en œuvre selon les spécificités de chaque projet.

LES 3 ÉTAPES COMMUNES

À la mise en œuvre d’un projet de vidéo

Pré-production

Phase de préparation.
Repérage, scénario(s), organisation, coordination, cahier des charges.

Production

Phase exécutive.
Tournage, post-production.

I

Livraison

Fichiers haute définition.
Conversion dans divers formats selon la diffusion de la vidéo.

Le coût
d’une production audiovisuelle

se compose de différents postes

Le détail des postes de travail et des matériels choisis sont détaillés dans les devis. Quels techniciens-créatifs, outils de production, format(s) de livraison… ?

Les techniciens-créatifs

Quels sont les postes, corps de métiers, pour une production audiovisuelle ?

Réalisation

Chef(fe) d’orchestre

Il/Elle cadre la production technique et artistique. À la fois créateur et manager des équipes, son rôle est primordial pour apporter de la cohérence à la vidéo.

Cadre /
Prise de vue

L’oeil enregistreur

Il/Elle maîtrise ses outils de travail et exécute les demandes du réalisateur. Il/Elle sait s’adapter aux différents contextes de prise de vue. Son rôle est de fournir des plans “propres” pour la phase de post-prodution.

Ingénierie son /
Prise de son

Les oreilles

Il/Elle maîtrise ses outils de travail, micros, mixette, accessoires de prise de son. Il/Elle sait s’adapter aux différents contextes de production. Son rôle est de fournir un son “propre” pour la phase de post-production.

Graphisme / Illustration

Les créateurs de l’habillage

Ils/Elles interviennent pour créer les habillages d’une vidéo. Charte graphique personnalisée, illustrations… Ils/Elles préparent les visuels qui seront par la suite animés par le/la motion designer et/ou l’animateur(trice).

Motion Design

Le/La magicien(ne) de l’habillage

Il/Elle anime les productions graphiques et les typographies. Il/Elle crée des effets spéciaux, tout en respectant la charte de production.

Montage

Le/La magicien(ne) de la timeline

Il/Elle a pour rôle de mettre bout à bout les plans tournés en respectant le scénario. Son savoir-faire technique se mêle à sa créativité pour que le rendu de la vidéo soit artistique et percutante.

Étalonnage

L’harmonisateur(trice)

Il/Elle rend homogène le rendu final de la vidéo. Son travail consiste à étalonner les images en procédant à des corections colorimétriques. 

La spécialité et le travail en équipe permet un large éventail de possibilités.
Nous pouvons solliciter des techniciens-créatifs polyvalents afin de réduire les coûts. Cette solution est un compromis, lorsque les besoins le permettent, sans perdre en qualité.

Le/La Vidéaste

Le/La polyvalent(e) de la réalisation

Réalisateur(trice), cadreur(euse), monteur(euse), et plus si affinité… Il/Elle a les savoirs-faire pour assurer la réalisation, le cadrage, la prise de son pour les besoins d’une production réalisable en équipe réduite. Il/Elle peut également travailler en post-production. Véritable passionné(ée), il/elle enrichit ses savoirs-faire de différentes techniques de production.

Le/La monteur(euse) truquiste

Le/La polyvalent(e) de la post-production

Il/Elle a les compétences pour assurer les phases de post-production et la création d’effets spéciaux.

Intermitent, micro-entreprenneur(e), salarié(e), le tarif d’un(e) technicien(ne) créatif(trice) se compose de sa rémunération NET, des charges qui lui incombe, ou à son employeur. Les créateurs négocient aussi un tarif de cession de droits* pour l’utilisation de sa création.

Les matériels

Un parc d’outils de réalisation et de post-production qui s’adapte aux spécificités de chaque projet.

Prise de vue

Qualité allant du 1080p à la 4K,
Éclairages

Prise de son

Miros-cravate HF, micro canon, mixette, enregistreur

Post-production

Station de montage et de mixage audio

Studio chromakey

Techniques d’incrustation. Studios portatifs (3×6 mètres et 6×6 mètre) ou tournage en studio.

La rigueur derrière la liberté créative

Le coût
d’une production audiovisuelle

inclut une cession de droits*

En réalisant une vidéo, le prestataire crée une œuvre.
De ce fait, l’auteur(e) de la création est le/la propriétaire des droits moraux et patrimoniaux de son œuvre.
Le droit moral est inaliénable, incessible. Il implique : le droit de divulgation, le droit de revendication, le droit de s’opposer à toute modification, le droit de s’opposer à toute déformation.
Un prestataire peut céder tout ou une partie de ses droits patrimoniaux. Ils sont composés du droit de représentation/diffusion et du droit de reproduction. Dans le cadre d’une prestation de service audiovisuelle, ils sont cessibles moyennant finance. Ce coût est plus ou moins élevé selon la finalité de la vidéo.
Par exemple, les droits patrimoniaux pour un film d’entreprise, ayant pour objectif d’apporter une plus value à une structure, servant à sa promotion, donc contribuant à l’augmentation de son chiffre d’affaire, n’aura pas le même coût que dans le cadre d’une vidéo réalisée pour une organisation à but non lucratif.
La vente de tout ou une partie de ces droits peut prendre la forme d’un pourcentage sur le montant global de la prestation ou faire l’objet d’un montant fixé dans le devis.
D’une manière courante, le prestataire détaille dans ses conditions de ventes, le(s) cadre(s) de cession de droits patrimoniaux. Durée de cession, mode(s) de diffusion cédé(s), Pays de diffusion… Il est important de discuter avec son prestataire de ses aspects et de faire attention que l’accord soit inscrit dans le devis.
Il est à noter qu’une société faisant appel à un prestataire extérieur, est soumise au même fonctionnement. Elle devient propriétaire des droits cédés par le sous-traitant et peut donc les vendre au commanditaire.

Le coût
d’une production audiovisuelle

inclut d’autres frais

Selon la forme de sa structure, (micro-entreprise, SARL, SAS…), un prestaire inclut dans ses tarifs un certain nombre de paramètres.

Quelques exemples concrets :
• les frais de déplacements
• l’amortissement des matériels. Une société investit dans des matériels pour la réalisation des prestations. Ces outils, s’usent, perdent en valeur, deviennent obsolètes, surtout dans le domaine de l’audiovisuel, dont les exigences de qualité et les techiniques sont en perpétuelle évolution. Le calcul des amortissements permet le cas échéant de rembourser les investissements et de renouveler le parc des matériels de la structure.
• les fluides (électricité, loyer etc…)
• les taxes et impôts (TVA, impôt sur les société, charges RSI etc…). Chaque structure a ses particularités et ses taux.

Afin que son activité soit rentable, il doit avoir la maîtrise de ces coûts afin de les inclure aux devis. Le prestaire peut détailler chacune de ces lignes, ou proposer des forfaits.

Nous pensons qu’un devis détaillé et clair pour une bonne compréhension du commanditaire est primordiale.

Tout projet démarre par une étude

Parlez-nous du vôtre.